Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible ? Corrigé

5.0 (12)

8.80€ | 0 consultation(s) | 7 page(s)

Présentation du document :

Corrigé d'un dissertation de philosophie sur la problématique suivante : Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible ? Corrigé à télécharger

Description du document :

Exemple de corrigé de dissertation de philosophie sur les notions de connaissance scientifique et le vivant de plus de 7 pages.

Problématique de la dissertation : Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible ?

L'argumentation se base notamment sur des auteurs comme Kant, Ponty, Bergson...

Extrait de la dissertation :


Intro : Aujourd’hui, il existe de nombreuses biotechnologies et les progrès de la médecine sont indéniables. Il paraît donc quelque peu déplacé de se demander si une connaissance scientifique du vivant est possible.
Cependant les débats sur l’usage des biotechnologies et sur leur réelle valeur du point de vue scientifique permet de lancer le débat de deux façons. Premièrement l’éthique même ne doit-elle pas rendre impossible une certaine connaissance scientifique du vivant ? Certaines manipulations génétiques ou certains travaux sur des cobayes ou des fœtus ne sont-ils pas condamnables ? Deuxièmement, la connaissance du vivant n’est-elle pas limitée par le fait même que la vie n’est pas réductible à des lois de la matière moins complexes telles que celles des réalités atomiques ou de la chimie ? En effet cette connaissance n’implique-t-elle pas des niveaux subatomiques ou des niveaux systémiques plus vastes liés au milieu. Enfin troisièmement, n’y a-t-il pas des limites internes à toute forme de connaissance scientifique de la matière impliquant une limitation de la connaissance du vivant lui-même ? ...

Sommaire du document :

Introduction

I) La possibilité d’une connaissance scientifique du vivant


A - la perspective cartésienne : les corps sont des machines complexes.

B - Les nuances entre vivant et machine à partir de Kant.

C - la perspective physiologique : la vie est un phénomène physico-chimique dont l’élément central est l’ADN. (Jacques Monod and co)

II - Les limites éthiques et épistémologiques de la science du vivant.


A - Les limites éthiques.
B - Les limites épistémologiques

IV - Les limites ontologiques et phénoménologiques de la science du vivant



Conclusion