Platon : le Phédon (Fiche résumé pour la dissertation)

5.0 (12)

9.90€ | 2 consultation(s) | 5 page(s)

Présentation du document :

Platon : le Phédon, Fiche résumé pour la dissertation. Mort, immortalité, âme, harmonie, fiche, dissertation. Fiche à télécharger

Description du document :

Ce document, rédigé dans le cadre d'une préparation à l'agrégation de philosophie, est une fiche sur le dialogue [u]Phédon[/u] de Platon.

Sa fonction est de dégager les éléments du texte pouvant être utilisés dans une dissertation de philosophie. Elle dégage donc le problème du texte, ses principaux enjeux, la thèse soutenue par Platon, les arguments invoqués, et la structure du dialogue.

[u]Extrait[/u] :
L'interdit du suicide : pour certains, la mort est préférable à la vie ; pourquoi dit-on alors que même pour eux le suicide est interdit et qu'ils doivent attendre un bienfaiteur étranger ? Si les Dieux s'occupent de nous, nous sommes des biens qui leur appartiennent. Pourquoi alors le philosophe se résigne-t-il facilement à mourir ? N'est-ce pas un acte déraisonnable que de quitter le service sous lequel nous sommes sous la surveillance des Dieux ? L'homme sensé reste auprès de son maître. Le sage doit se chagriner quand vient la mort.

...

Le corps est une prison, et l'emprisonnement est l'œuvre du désir du prisonnier. La philosophie encourage à se délivrer des illusions des sens, en se séparant d'eux et en concentrant l'âme en elle-même, qui voit l'intelligible invisible : les causes des maux ne sont en fait rien, d’où la tempérance et le courage des amis du savoir. Celui qui a nourri ainsi de vérité son âme de craint pas la mort [...]

Sommaire du document :

I) Comment le sage peut-il se résigner à mourir ?

II) L’âme existe-t-elle après la mort et conserve-t-elle activité et pensée ? (problématique de l’éternité de l’âme)

III) Preuve par la simplicité de l’âme, contre l’objection selon laquelle l’âme peut périr

IV) Objections à l’immortalité de l’âme

V) Réfutation de l’objection de Simmias

VI) Réfutation de l’argument de Cébès, selon lequel l’âme est durable et forte, mais pas nécessairement immortelle

VII) Conséquence éthique de l’immortalité de l’âme