Plan détaillé du commentaire « Si je mourrais là-bas » de Guillaume Apollinaire.

5.0 (12)

9.90€ | 0 consultation(s) | 3 page(s)

Présentation du document :

Plan détaillé du commentaire « Si je mourrais là-bas » de Guillaume Apollinaire. Le poète évoque son amour et de sa crainte d'être oublié.

Description du document :

Plan détaillé du commentaire « [b]Si je mourrais là-bas[/b] » de Guillaume Apollinaire.

Ce plan détaillé est celui d'un commentaire composé de Guillaume Apollinaire extrait de l’œuvre [u]Poèmes à Lou[/u].
Le poète évoque son amour et de sa crainte d'être oublié.

Poète du XXe siècle, Guillaume Apollinaire s'inscrit dans deux grandes tendance de cette période : le lyrisme et l'innovation. Pris dans la guerre de 1914, il doit se séparer de sa bien-aimée Lou, de son vrai nom : Louise de Coligny.
Le texte que nous étudions, est extrait du recueil des  Poèmes à Lou  et s'intitule : « Si je mourrais... »

[u]Extrait du plan détaillé [/u]:
Poète du XXe siècle, Guillaume Apollinaire s'inscrit dans deux grandes tendance de cette période : le lyrisme et l'innovation. Pris dans la guerre de 1914, il doit se séparer de sa bien-aimée Lou, de son vrai nom : Louise de Coligny. Le texte que nous étudions, est extrait du recueil des Poèmes à Lou et s'intitule : « Si je mourrais... » Dans ce poème, tiraillé par la menace de la guerre, Apollinaire fait part de sa crainte d'être oublié et de mourir dans cette période noire. Nous étudierons d'abord l'engagement amoureux dévoilé par Apollinaire dans ce poème, ensuite nous montrerons le lien entre la mort et la vie, enfin nous montrerons l'importance du lyrisme dans la déclaration d'amour d'Apollinaire [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I) L'hommage à Lou[/b]
A. La déclaration d'amour.
B. L'apologie de Lou.

[b]II) Le lien entre la vie et la mort[/b]
A. La frontière entre la mort et la vie.
B. Le souvenir éternel.

[b]III) Le registre lyrique au service du sentiment amoureux[/b]
A. Le lyrisme dans la poésie.
B. L'inquiétude d'un amoureux voué à mourir.

Conclusion