Les rapports Dom Juan et Sganarelle - Corrigé dissertation

5.0 (12)

9.90€ | 1 consultation(s) | 6 page(s)

Présentation du document :

Les rapports Dom Juan/Sganarelle - Corrigé dissertation. Celle-ci se propose d'analyser en détails l'ambiguïté de la relation entre les deux hommes.

Description du document :

Corrigé d'une dissertation précédée du plan détaillé en trois parties. Celle-ci se propose d'analyser en détails [b]l'ambiguïté de la relation entre les deux hommes[/b].

Corrigé entièrement rédigé.

[u]Extrait [/u]:
La double énonciation de la première scène précise d’emblée le rôle de chacun. A Gusman, Sganarelle parle de Dom Juan en disant « mon maître ». Un peu plus loin dans la même conversation , il ajoute : « tu sais que, par son ordre, je partis avant lui ». Les rapports sont donc sans la moindre ambiguïté. Dans la scène suivante, Dom Juan continue à donner des ordres à son valet : « Prépare-toi donc à venir avec moi, et prends soin toi - même d’apporter toutes mes armes ». Au début de l’acte III, quand les deux hommes sont égarés dans la forêt et qu’il s’apprêtent à demander leur chemin au pauvre, c’est Sganarelle qui lui adresse la parole : cette conversation utilitaire avec un homme de cette condition ne peut revenir qu’au valet. Par la suite, lors du duel, Sganarelle s’est caché, montrant ainsi leur différence de condition : la chevalerie n’est point son affaire. Enfin, les derniers mots prononcés par Sganarelle sont bien ceux d’un valet qui n’attend que son dû : « mes gages ».

C’est dans cette logique que Dom Juan se sert de Sganarelle quand il ne veut pas s’acquitter d’une corvée, faisant bien de son valet son homme à tout faire [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I/ Une relation maître/valet traditionnelle[/b]
a) Des rôles bien définis
b) Un valet de comédie
c) Un rapport de force

[b]II/ La sévérité de Sganarelle[/b]
a) Sa médisance
b) Des critiques sur le plan privé
c) Des critiques sur son impiété

[b]III/ Des rapports ambigus[/b]
a) Maître et valet faussement ennemis
b) Leur complicité
c) L’intérêt de Sganarelle

Conclusion