La Lune à la recherche d’elle-même, P. Claudel, incipit - Commentaire composé

5.0 (12)

9.90€ | 0 consultation(s) | 9 page(s)

Présentation du document :

Commentaire composé sur l'incipit de "La Lune à la recherche d'elle-même", par P. Claudel. Niveau classe prépa littéraire, option lettres modernes.

Description du document :

Commentaire composé entièrement rédigé sur l'incipit de [u]La Lune à la recherche d'elle-même[/u] écrit par P. Claudel.

Niveau classe préparatoire littéraire, option lettres modernes.

[u]Extrait [/u]:
Une œuvre d’art est un coin de la création vu à travers un tempérament », déclare E. Zola dans Mes Haines ; il semble ainsi nous inviter à considérer le processus de la création –ou plutôt re-création – artistique comme le passage d’un fragment du réel à travers le filtre de notre sensibilité. Mais encore faut-il que ce filtre restitue une unité ; encore faut-il être intensément conscient du vécu duquel notre sensibilité est tributaire ; car sinon, le tableau perd toute sa dimension artistique, il devient un dessin, une somme d’éléments qui se côtoient sans lien entre eux. C’est justement cela qui semble être en jeu dans notre extrait de La lune à la recherche d’elle-même, de P.

Claudel ; nous sommes confrontés à une scène d’exposition plutôt déroutante. Au lieu de nous présenter personnages et intrigue, le chœur va en effet nous interpeller et instaurer une réflexion sur le processus de création artistique. Se révélant en fait être une correction d’une imparfaite œuvre de jeunesse, la pièce installe un jeu de miroirs entre passé et présent ; pis, il semble bien –le chœur étant apparemment aussi peu sûr de lui que le dramaturge – que l’échec soit encore au rendez-vous. Mais face à ce constat déprimant, d’où vient que le lecteur se prenne à sourire des pitreries du chœur ? Il semble ainsi qu’il failli chercher au-delà des reflets et des contradictions ; au fond, ne pourrions-nous pas penser que le burlesque soit l’indice d’une unité retrouvée entre le dramaturge et son œuvre ? A cet égard, nous considérerons d’abord notre extrait comme le bilan d’une vie sous la forme d’un jeu de miroirs ; nous évoquerons ensuite les difficultés qu’a éprouvées P. Claudel à comparer une œuvre dans sa jeunesse, ainsi que leurs causes. Cela nous mènera enfin à étudier le comique du texte – car après tout, n’est-il pas une « extravaganza » ? [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I) Le bilan d'une vie, un jeu de miroirs[/b]
A. Une scène d'exposition didactique
B. La double identité du choeur
C. Une mise en abyme


[b]II) Les difficultés d'une oeuvre de jeunesse[/b]
A. La double identité de la Lune
B. La mythologie grecque et l'éducation classique
C. La violence primale


[b]III) Le burlesque d'une "extravaganza"[/b]
A. Un choeur burlesque
B. Le comique de geste
C. Un théâtre à la radio

Conclusion