Dissertation Molière « C’est sous le voile de la médecine que se poursuivit la dénonciation de la religion. »

5.0 (12)

12.90€ | 0 consultation(s) | 7 page(s)

Présentation du document :

Corrigé dissertation de niveau M1 de Lettres Modernes : « C’est sous le voile de la médecine que se poursuivit la dénonciation de la religion. »

Description du document :

Corrigé d'une dissertation de [u]niveau M1 de Lettres Modernes[/u] : « C’est sous le voile de la médecine que se poursuivit la dénonciation de la religion. »

Dissertation de trés haut niveau avec un plan trés bien structuré, de nombreuses références ...

[u]Extrait de la dissertation [/u]:
À l’opposé de qui réduit la critique médicale des « pièces à médecins » de Molière à un symptôme théâtral de sa maladie, Georges Forestier, dans l’Introduction de l’édition Pléiade des Œuvres complètes du dramaturge, écrit le propos suivant : « C’est sous le voile de la médecine que se poursuivit la dénonciation de la religion. » [...] Trois moments seront nécessaires pour répondre à Georges Forestier. Tout d’abord, nous verrons qu’effectivement sous le médecin se cache le dévôt, et que Molière a voulu esquiver la censure. Toutefois, il nous apparaîtra dans un second temps que les deux critiques s’enrichissent mutuellement d’un nouvel objet, non plus le bourreau mais la victime qui consent à être battue. Enfin, la critique de la croyance, comme de la peur, qui mènent à la religion et à la médecine, mène le théâtre moliéresque à son achèvement cathartique [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I) Les dévots sous les médecins[/b]

A. La critique cléricale censurée
B. Les médecins substitués aux clercs
C. L'exploitation du théâtre dans le théâtre

[b]II) Religieux et médecins sur le banc de l'accusation[/b]

A. Deux fonctions très proches
B. Une critique renouvelée par ce parallèle inédit
C. Le miroir du spectateur (double-énonciation)

[b]III) La catharsis du spectateur berné[/b]

A. La guérison par le rire et la fête
B. La guérison par le genre de la comédie-ballet
C. La thérapie par le jeu de rôle

Conclusion