Commentaire de texte philosophique Aristote "l'Homme est par nature un animal politique"

5.0 (12)

9.90€ | 4 consultation(s) | 3 page(s)

Présentation du document :

Commentaire de texte philosophique Aristote "l'Homme est par nature un animal politique". Commentaire de texte philosophique intégralement rédigé.

Description du document :

Commentaire de texte philosophique Aristote "l'Homme est par nature un animal politique".

Commentaire de texte philosophique intégralement rédigé.

[u]Extrait [/u]:
D’après le texte d’Aristote, comme l’indique son titre, l’homme est un animal politique. Il voit l’homme et la société comme deux choses indissociables, selon lui l’être humain s’il veut se développer, évoluer et être heureux doit vivre en société parce que cette dernière lui permettrait de se suffire à lui même ce qui engendrerait qu’il puisse être le meilleur possible pour lui, la fin de tout homme d’après Aristote. Cela signifie t-il pour autant que l’homme à l’état de nature s’il y était resté n’aurait sur trouver le bonheur ? La société est-elle réellement un facteur essentiel à l’accomplissement de tout homme ? C’est ce dont nous allons discuter en approuvant dans un premier temps la thèse d’Aristote qui voit la société comme indispensable pour l’épanouissement de l’homme, puis un second temps nous observerons que la société peut en réalité aliéner l’homme et que celui-ci peut être heureux sans vivre dans une société où toute chose différente aux mœurs que nous avons établi nous paraît « sauvage » [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I) la société permettait le développement de la conscience de l’homme[/b]
A. La société contribue au développement de l’homme de plusieurs manières
B. la société nous permet de nous suffire à nous-même
C. La société aide l'homme à mieux se connaître

[b]II) la société peut au contraire être néfaste pour l’homme[/b]
A. Cette dernière nous oblige à l’intégrer
B. En créant la politique elle a pu soumettre les hommes
C. Rousseau dans son traité sur l’origine de l’inégalité entre les hommes,

Conclusion