Alfred Jarry, "Ubu Roi", Acte III scène 3 et 4 - Corrigé commentaire composé

5.0 (12)

9.90€ | 33 consultation(s) | 3 page(s)

Présentation du document :

Corrigé commentaire composé de l'acte III scène 3 et 4 de Ubu Roi d' Alfred Jarry. Commentaire de texte entièrement rédigé à télécharger

Description du document :

Corrigé d'un commentaire composé de [b]l'acte III scène 3 et 4[/b] [u]Ubu Roi[/u] de Alfred Jarry.

Le corrigé de ce commentaire composé est entièrement rédigé.

[u]Extrait du commentaire [/u]:
On verra ici, par rapport aux autres scènes de la pièce, le lieu particulier qu’est la maison des paysans. Cette pièce a la particularité de déplacer le lieu de l’action à chaque scène : rien qu’au troisième acte, on part du palais, pour aller à cette maison paysanne, puis dans une casemate des fortifications de Thorn, puis à Moscou, puis retour au Palais, et enfin à Varsovie. On réfléchira également aux problèmes que cela peut poser pour la mise en scène. L’incompréhension et les vaines protestations qu’ils esquissent participent de cette absurdité de la scène. On doit probablement imaginer ces paysans comme la représentation exacte de la stupidité.

...

Le personnage de Père Ubu se caractérise, lui, par la bêtise et la petitesse. La reprise de « je ne comprends pas... je ne comprends rien », soulignée par l'exclamation en forme de constat de Mère Ubu « Tu es si bête! » met l'accent sur sa sottise, encore renforcée par les interrogations suivantes. Ce caractère est également sensible dans sa faiblesse et ses contradictions. Sa petitesse est sensible par ses ambitions. La discordance entre construire et capeline rend compte du décalage entre ce qui pourrait être un projet royal, l'édification d'un palais, et ses préoccupations, une capeline [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I) Le despotisme du père Ubu[/b]
A. La violence de l'irruption : la transition entre les deux scènes
B. La violence physique du Père Ubu : un irreprésentable ?
C. La violence verbale du Père Ubu : son hégémonie discursive

[b]II) Le caractère loufoque et absurde de cette irruption du roi dans la maison des sujets[/b]
A. La maison de paysans comme espace scénique
B. Le roi bouffon : son langage, ses expressions, ses gestes
C. Deux scènes pour rien ? Le rire avant tout

[b]III) Une parodie de la politique au théâtre[/b]
A. L'absurdité des réformes ubuesques
B. La révolte avortée des paysans : une jacquerie vite contenue
C. Deux scènes à part dans la pièce : inutile, mais exemplifient juste le despotisme loufoque du Père Ubu

Conclusion