6 sujets de commentaire de de texte corrigés

5.0 (12)

11.90€ | 0 consultation(s) | 15 page(s)

Présentation du document :

Ce document présente les corrigés de six (6) sujets de commentaire de texte (suivi ou composé). Corrigés à télécharger

Description du document :

Ce document présente les corrigés de six (6) sujets de commentaire de texte (suivi ou composé).

Pour vous permettre de bien vous exercer à la maîtrise des techniques de commentaire de texte, des textes (6) de divers auteurs vous sont présentés dans ce document et traités rigoureusement.

Pour la bonne compréhension de la démarche du commentaire (suivi ou composé), vous sont exposés, pour chaque texte, sa situation, l'idée générale qu'il dégage, le plan à suivre (selon le cas pour un commentaire suivi ou composé)et une fiche technique pour bien réussir l'épreuve.

Grace à ses 6 sujets corrigés vous pourrez vous entraînez et vérifier de vous même si vous avez la technique.

Extrait des corrigés de commentaire de texte :


Fiche technique
- Comparaison « comme mordu à l’estomac » donne une idée des manifestations de la peste.
- Intensité des convulsions dont rendent compte la métaphore « creusé » et la répétition du verbe
« plier ».
- « frêle carcasse : métaphore traduisant le dépérissement de l’enfant sous l’effet de la maladie dont
la gravité est rendue par la personnification « vent furieux », mais aussi par la métaphore qui
l’assimile à une « bourrasque ».
- Irruption du passé simple : « il se détendit un peu » qui laisse deviner la soudaineté de
l’apaisement.
- Toutefois le verbe « sembler » montre que l’apaisement n’est que momentané, illusoire.
- L’expression « grève humide et emprisonnée » trahit les méfaits de la peste.
- Dernière comparaison montrant la gravité de l’état de l’enfant : « où le repos ressemblait déjà à la
mort »
- La métaphore « flot brûlant » renseigne sur l’intensité de la maladie.
- « L’enfant se recroquevilla, recula au fond du lit dans l’épouvante de la flamme qui le brûlait et
agita follement la tête…. » : juxtaposition de propositions, verbes au passé simple, le tout rend
compte de l’agitation de l’enfant, de l’intensité de la souffrance.
- Les larmes de l’enfant témoignent à elles seules du calvaire que la maladie lui fait vivre
- Longueur de la dernière phrase : enlisement dans la souffrance
- « La chair avait fondu en quarante-huit heurs » : métaphore hyperbolique qui suggère les ravages
de la maladie sur le corps humain.
- Identification, à la fin de l’extrait, de l’attitude de l’enfant à celle du Christ sur la croix pour
témoigner de l’extrême souffrance physique : « l’enfant prit dans le lit dévasté, une pose de crucifié
grotesque »

...

Sommaire du document :

- Sujet 1 et Corrigé (La peste, A. Camus)

- Sujet 2 et Corrigé (Les soleils des Indépendances, A. Kourouma)

- Sujet 3 et Corrigé (Spleen, J. Laforgue)

- Sujet 4 et Corrigé (Pedigree, Simenon)

- Sujet 5 et Corrigé (Quia Pulvis Es, V. Hugo)

- Sujet 6 et Corrigé (Que m'accompagne Koras et Balafong, L. S. Senghor)