De la société industrielle à la société de communication : Composition

5.0 (12)

9.90€ | 5 consultation(s) | 3 page(s)

Présentation du document :

De la société industrielle à la société de communication. Composition d'histoire comportant une introduction et trois grandes parties avec 2 ou 3 sous-parties chacune ainsi qu'une conclusion

Description du document :

Composition d'histoire de terminale sur le thème : De la société industrielle à la société de communication.

Composition très bien structuré comportant une introduction et trois grandes parties avec 2 ou 3 sous-parties chacune ainsi qu'une conclusion.


[u]Extrait [/u]:
Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les pays industriels se reconstruisent. Les activités économiques reprennent et les sociétés retrouvent peu à peu leur équilibre. Mais comment évoluent-elles jusqu'à nos jours? En quoi cette évolution permet-elle de considérer que ces sociétés sont entrées dans une nouvelle ère de leur développement? Et comment s'est fait le passage de la société fondée sur l'activité industrielle à une autre caractérisée par l'importance de la communication? La période des Trente Glorieuses (1945-1975) marque sans doute l'apogée des sociétés industrielles; la « crise » inaugurée par le 1er choc pétrolier (1973) obligea ces sociétés à se réorganiser, réaction qui produisit l'émergence d'un nouveau monde au début des années 1990 [...]

Sommaire du document :

Introduction

[b]I) La « glorieuse » reconstruction des sociétés industrielles (1945-1973)[/b]
A. Des sociétés industrielles à leur apogée
B. Des innovations sous l'impulsion des États providence
C. L'affirmation de la société de consommation

[b]II) La mutation des sociétés industrielles à la faveur de la « crise » (1973-1990)[/b]
A. L'essoufflement des sociétés industrielles
B. La lente restructuration et tertiarisation des sociétés industrielles

[b]III) L'avènement des sociétés de communication (1990-2010)[/b]
A. La révolution des moyens de communication
B. L'affirmation de sociétés interdépendantes
C. L'uniformisation des sociétés et ses limites

Conclusion