L'incipit de l'Etranger d'Albert Camus

5.0 (12)

9.90€ | 0 consultation(s) | 7 page(s)

Présentation du document :

Incipit de l’Étranger qui est un roman d’Albert Camus, paru en 1942. Il fait partie du « cycle de l'absurde », trilogie composée d’un roman, d’un essai et d’une pièce de théâtre.

Description du document :

Le texte présenté est l’incipit de L’Etranger.
Le protagoniste reçoit un télégramme lui annonçant que sa mère vient de mourir. Il se rend à l’asile de vieillards de Marengo et assiste à la mise en bière et aux funérailles sans prendre l'attitude de circonstance que l'on attend d'un fils endeuillé.

[u]Problématique[/u] : Dans quelle mesure cet incipit nous fait-il pénétrer dans l’univers d’un narrateur pour qui les actions se suivent sans être portées par un sens ? Quelle est la particularité de ce début de roman ?

[u]Extrait[/u]:
• Traitement du temps : Pas de moments antérieurs à l'histoire, le passé est dans le flou. On n'a pas vraiment d'avant. Par exemple, on annonce l'enterrement de sa mère mais on ne sait pas de quoi elle est morte. L'avenir va jusqu'à demain voire après-demain, il est extrêmement limité. On a le sentiment d'une quasi-simultanéité de la narration et de son contenu. Meursault raconte les faits les uns après les autres comme dans un journal, le récit est chronologique.
• Traitement des lieux : C'est nous lecteur qui suppose qu'on est à Alger (l. 8). Le paysage est complètement gommé, on a l'impression qu'on se déplace sur une ligne géométrique. C'est purement narratif.
• Traitement des personnages : On n'a aucune description, aucun portrait de son patron. Le restaurateur et Emmanuel ne sont pas décris non plus. Camus a écrit sobrement, sans aucun portrait psychologique.

Sommaire du document :

Introduction

I. L'originalité de ce début de roman

II. Qui est cet homme ? Qui est cet homme sans sentiment
multiple ?

III. Une écriture Minimaliste

Conclusion