La Controverse de Valladolid - Commentaire composé

0 (0 avis)

Le 17/02/2022 | 7.80€ | 0 consultation(s) | 4 page(s) Document .docxDocument PdfDocument Open Office

Présentation du document :

Ce document est une question d'interprétation (ou commentaire composé) de la Controverse de Valladolid, de Jean-Claude Carrière. Document de 4 pages à télécharger

Description du document :

Commentaire composé complet et corrigé de La controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière.

Jean-Claude Carrière est un écrivain, scénariste et metteur en scène du XXe siècle. Dans son roman dramatique La Controverse de Valladolid, l'auteur se fonde sur les faits historiques de 1550, au cours desquels les Européens s'intéressent à la véritable nature des Indiens d'Amérique. Dans ce document, il est question des divergences de point de vue entre les deux protagonistes. D'une part le philosophe Sépulvéda, qui assimile les habitants du Nouveau Monde à des animaux, dépourvus d'âme. D'autre part, le prêtre Las Casas qui prend leur défense. Nous nous demanderons en quoi ce texte décrit une opposition argumentative sur la définition de l'humanité.

Extrait du commentaire composé :


[...] En effet, dans la religion chrétienne, la violence est assimilée elle aussi à un péché capital, et punie par des châtiments divins. Cette vision violente de l'Homme ne reflète pas ce qui, selon Sépulvéda, incarne le principe d'humanisme. Il énonce des exemples à ne pas suivre, nous pouvons donc supposer que les humains doivent réfréner leurs pulsions, parfois malsaines, pour intégrer au mieux la société moderne. Les rituels indigènes ne font pas écho à une certaine droiture, et sont symbole d'une société immorale pour laquelle ces sacrifices sont une banalité. [...]

[...] La controverse de Valladolid oppose deux partis distincts : l'opposition aux conquêtes, incarnée par Las Casas, et leur défenseur, Sépulvéda. Tous deux usent du logos pour mettre en avant leurs idées, le théologien ne cesse de parler de ce qu'il juge décalé par rapport à son seul modèle qu'est l'Espagne. Le cardinal rappelle l'intérêt de s'ouvrir à ce qui est nouveau, et de s'intéresser aux autres plutôt que de considérer chacune de leurs actions comme néfastes. Deux visions de l'humanité se disputent alors?; l'une représentée par Sépulvéda qui évoque la stricte droiture de l'Homme et une façon de vivre raffinée. [...]

[...] Les amérindiens connaissent donc le labeur,
et maîtrisent l’agriculture. Cet argument est un signe de développement, car ce secteur marque le début d’une société fleurissante, où la production alimentaire existe. Le cardinal continue de décortiquer chacun des arguments de son opposant, passant de l’existence de
l’âme au patrimoine gustatif : « leurs tubercules sont délicieux » (l62). Las Casas s’adresse à
l’auditoire en tant que connaisseur, ayant visité le Nouveau Monde. Il se présente comme le
témoin d’un patrimoine véritable et raffiné : cette partie appartient au logos, car il accompagne ses arguments d’exemples précis sur son vécu. Il rapporte également que « la nature ne leur a donné aucun animal qui pût le faire à leur place » (l63-64), ce qui éclaire davantage la condition des indigènes en Amérique.

Sommaire du document :

I) Le discours de Sépulvéda



II) La réponse de Las Casas

FAQs

Liste des avis

Aucun avis client pour le moment