Samedi 23 Mars 2019 - 05h13 | 49 965€ distribués. - 6 279 documents publiés par 3 760 auteurs
Twitter Facebook Google plus edooc
arglow
1587.72€

lougaroute
851.84€

Ludo12
645.52€


Qualité des documents Sécurité des paiements

Vendre documentAcheter devoirs

Faut-il s'abstenir de penser pour etre heureux ? Corrigé dissertation

Catégorie document Catégorie : Philosophie Auteur document Auteur : roboq Date publication document Publication : 06/11/2010
Prix document Prix : 3.60€ Nombre de page Nb page : 2 page(s) Nombre de téléchargement du document Consulté : 18 fois
Resumé :
Les notions de pensée et de bonheur sont deux notions que l’on peut rapprocher l’une de l’autre dans certains cas, tout en les dissociant dans d’autres cas. En effet, on peut considérer le bonheur comme ce à quoi chacun aspire, il est définit comme étant le souverain bien et, pour les philosophes, il est à la fin de toute chose. La pensée quant à elle est ce qui nous rend vivant, nous rend conscient. Descartes disait « Je pense donc je suis ». De plus, l’activité de penser est ce qui nous différencie de l’animal, qui lui n’agit que par instinct. Ainsi, est-il nécessaire de nous abstenir de penser et donc par la même occasion d’exister afin de connaître le bonheur ?
Afin d’étudier cela, nous verrons en premier lieu que rechercher le bonheur pourrait impliquer de renoncer à penser car penser est le meilleur moyen de se remémorer des souvenirs douloureux ou encore d’anticiper de futurs soucis, angoisses. En second lieu nous verrons qu’il est cependant impossible d’être heureux sans l’acte de pensée. En effet, l’homme est un être conscient, il ne peut donc s’empêcher de penser. De plus l’avenir dépend de nos actions présentes, or pas d’action réussi sans pensée, sans calcul des moyens pour la fin.
Plan du document :
Introduction

Argumentation

Conclusion

Télécharger document Demande document

Tags : faut-il, s'abstenir, penser, pour, etre, heureux ,corrigé, dissertation, philosophie
Avis et Commentaires

Aucune avis sur ce document pour le moment.